Pierre BOUDET

Weekend haut niveau dans l'Aveyron (12)

 

Pour ce premier weekend haut niveau de l'année, nous sommes parti rejoindre le groupe France dans l'Aveyron, à Nant. Perrine, Erwann, Didier et moi même rejoignons Franck Louvet au CNSD à Fontainebleau. Nous avons rendez-vous à 13h à Nant. Le timing est serré mais en partant à 6h00 de Fontainebleau, tout rentre dans l'ordre. A peine le temps de se poser au relais soleil où nous serons hébergés, que Olivier Coupat procède au briefing du weekend, notamment celui de l'après midi. Au planning, un sprint de 2,1km et 14 postes dans le village de Nant. Puis d'une middle de 5,6km et 21 postes sur la carte du Mont Merdous. Le tout suivi suivi de la CO de nuit.

 

14h04, je prends le départ du sprint, j'ai les jambes complètement explosés par le trajet, mais c'est pour tout le monde pareil. Je croise plusieurs fois Franck Louvet parti 1 minute derrière moi sur certains itinéraires, ce qui me remotive en permanence. Je reste concentré malgré deux fautes d'itinéraires sur la fin du parcours. Je termine en 13'42'' plutôt content de ma course.

 

 

A peine le temps de se changer, que l'on saute dans les voitures, direction La Couvertoirade pour la middle. Le temps c'est couvert, la pluie ne tombe pas mais le sol et très glissant. Je décide de chausser mes chaussures de trail pour la middle et la CO de nuit. Grosse erreur, je ne suis pas du tout dans mes « basket » dès l'échauffement... 16h10, Didier me tend la carte, je m'élance. En arrivant dans la zone du poste 1, je glisse sur une dalle rocheuse, je tombe sur les fesses tout en continuant à glisser dans la pente. Je me dis ça c'est fait... Après cette vilaine chute, je continue à chercher un peu trop haut dans la pente. Philippe Benacek passe en dessous et trouve le poste. Le temps de me reconcentrer et c'est reparti. Nouvelle galère au poste 5. William Bouvier me rattrape à ce moment là. Et c'est reparti de plus belle, je fonce vers le poste 7. Au poste 9, je retrouve Frédéric Marque qui grenouille comme moi dans la zone. William ne tarde pas à nous rattraper. Nous repartons à bloc vers le poste 10. En passant le col, nous dévions sur la gauche. Une fois sur le chemin en ligne d'arrêt, une petite relocalisation s'impose. Nous sommes à 400m à gauche du poste... Les conneries continuent. Au poste 12, Erwann nous rattrape. Nouvelle faute au poste 13. Bref, la fin du parcours sera à la même image que le début, une véritable catastrophe... Je termine en 1h00 cette middle, déçu et mécontent de ma prestation.

 

 

La CO de nuit sera dans la continuité de cette fin d'après midi, une grosse galère.

 

Dimanche matin, changement de décors, nous partons sur une carte des 6 jours de l'Aveyron de 2008. Au programme un tranémo de 7,5km. Jusque là pas de problèmes. Olivier nous donne les dernières subtilités de l'exercice, dont l'échelle au 1/5000° pour facilité la lecture. A la prise de carte c'est la foire d'empoigne. Erwann et moi nous nous retrouvons sans cartes... A si, il en reste 2 à l'opposé d'où nous sommes ! Une fois ce détail réglé, on se lance dans ce tranemo.

 

 

Les 5 premiers postes sont communs, une file indienne prend forme au file des postes. Au poste 15, j'annonce la couleur de la branche sur laquelle je pars. Je choisi la branche bleue, qui mène au poste 16. Je commence à lire la carte, c'est du 1/5000°, ca va vite. Je tombe sur mon poste. Mais en vérifiant le code c'est le poste 26... De là je repars vers le poste 16. Une fois trouvé, je pars à l'azimut vers le poste 17. Confiant, je prends mon azimut et je remonte sur le petit plateau pour aller au poste 18. Mais en arrivant sur le sommet, je percute que je viens de pointer le poste 22. Demi tour, je repars chercher le poste 17.


 

 

La suite ne sera que galère sur galère, n'arrivant pas à progresser et lire la carte en même temps. La confiance s'envole, le doute règne en maître absolu. Je termine péniblement la première boucle, loin voir très loin des autres. Je pointe le dernier poste, une nouvelle fois déçu de moi.

 

Le bilan de ce weekend est loin d'être positif, et je suis surtout très déçu de moi. En effet, sur des terrains que j'apprécie énormément j'ai passé mon temps à galérer techniquement. Il est vrai que le tracé des courses était destiné aux élites Français, ce qui me fait prendre conscience du travail qu'il faut que j'accomplisse dans les mois à venir. Mais cela n'enlève pas le fait que l'objectif de ce weekend était de travailler mon orientation, et c'est raté. Dès les prochains entrainements avec la Garde, il va falloir ré-appliquer les fondamentaux pour se remettre en confiance et retrouver l'envie d'aller de l'avant.

 

Pour des raisons techniques, il nous a été demandé de ne pas divulguer les cartes ainsi que les tracés GPS de ce weekend.



12/01/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres