Pierre BOUDET

Semi raid de la Réunion 24 octobre 2009, 78 km 4700m+



En cette fin de saison 2009 je me suis fixé de participer à ce trail que j'ai découvert en 2007 en tant que commissaire de course et cerf-fil. Pendant tout le parcours, au cœur du cirque de Mafate, l'envie d'y participer devenait une certitude mais quand, je ne le savais pas encore.                     

Il est 1h45 du matin le réveil sonne enfin, je ne dors plus depuis un petit moment, le stress de la course m'empêche de dormir. En route pour Cilaos, l'ouverture du poste est prévu à 3h30 pour le contrôle des sacs. 4h30, je rentre dans le stade, j'ai gardé mon bas de survêtement et mon sweat afin de rester au chaud un maximum de temps car la température est de 9°C. J'en profite pour dormir un peu. Il est 5H30, je donne mes vêtements à Didier BUZON
et Ulrich MYSCILE qui sont venus m'accompagner et donner un coup de main à l'organisation pour le contrôle des sacs.


       

6H00, le départ des 1400 concurrents est donné, et je me place tout de suite dans la tête de course afin d'éviter le bouchon à l'entrée du sentier du col du Taïbit. Le peloton s'étire tout au long des 6km de route qui serpentent à flanc de montagne dans le brouillard. Le début du sentier du col est en vue, Didier et Ulrich sont là pour m'encourager une dernière fois et je ne les reverrais pas avant l'arrivée. J'aborde le sentier dans les 30 premiers. L'objectif premier est atteint, j'ai évité le bouchon et la course peu commencer. L'ascension, raide, est ponctuée de deux replats. Je suis sur un bon rythme mais je me fais doubler par beaucoup de trailers ce qui me fait douter sur ma condition physique. Au bout de 56' de montée et 800m de dénivelé positif avalé, je passe le col. Pas le temps d'admirer la vue, on bascule aussitôt dans la descente à travers les acacias vers Marla. Je me fais toujours doubler, l'ancienne école est en vue, je pointe en 72ème position en 1h43. Je m'autorise 2' de pause pour me ravitailler et c'est reparti. Le rythme est toujours élevé mais je souffre moins.


         


Il est maintenant 8h00 du matin et la chaleur monte doucement, ce qui durcit inévitablement la course. La traversée du cirque de Mafate est longue, je m'asperge dès que je le peux dans les cours d'eau pour maintenir mon corps à une bonne température. L'école de Roche plate apparaît après avoir traversé une petite forêt de philaos. Je suis 63ème en 3h26 au bout de 24 km. En route pour l'ilet de Grand place les Bas avec l'ascension du bloc. Au programme, 1,9km et 500m de dénivelé positif !! Je souffre énormément dans la montée, mes cuisses me brûlent de douleurs. L'ilet de Grand place les Bas apparaît enfin lorsque je bascule de l'autre côté de la crête. Me voilà 62ème en 5h16. La suite du parcours m'est familière, je me sens beaucoup mieux et j'augmente ma vitesse de course progressivement. Je pointe en 40ème position à Aurère. La descente vers le poste de Deux Bras est une formalité car je l'ai déjà faite en 2007. Je rentre dans le poste en 36ème position en 7h41 et 51km parcourus.


         


Il s'agit de bien se ravitailler car la montée vers le piton Bâtard n'est pas de tout repos avec au programme 10km et 1430m de dénivelé positif. La montée se fait en deux temps.  D'abord sortir de la rivière des galets en direction de Dos d'âne puis, après le pointage au stade, enchaîner l'ascension vers la crête pour rejoindre le sommet. La météo a changé, la pluie fait son apparition, ainsi que le froid et le brouillard. Je vis un véritable enfer, la visibilité étant nulle je suis dans le flou total sur ma vitesse de progression. Je suis sans point de repère car je ne connais pas le chemin, un léger sentiment de doute apparaît en moi, très vite dissipé par les encouragements des Réunionnais présents sur la crête. Le piton Bâtard franchi, en route pour une longue descente ponctuée d'innombrables petites montées vers le Colorado où je pointe 27ème en 11h50. La vitesse de progression est maintenant au maximum et je fonce vers l'arrivée qui se profile à l'horizon.


          


En haut de la dernière descente, on aperçoit le stade de la Redoute mais les 5 derniers kilomètres n'en finissent pas. Je passe sous le pont et j'entends la voix de Didier qui m'encourage. Il est venu à ma rencontre pour finir le dernier kilomètre avec moi. Je me sens pousser des ailes, je slalome dans les voitures et je prends à gauche pour rentrer dans le stade. Ulrich est là, il m'encourage pour les derniers mètres. Il est 18h29 et 11 secondes. Je franchis la ligne d'arrivée dans une joie indescriptible. Dans ma tête une seule phrase se répète : «  Je l'ai fait!! Je l'ai fait!!».



Au terme de ce trail magnifique, je prends une superbe 25ème place au classement général et la 18ème place en sénior en 12h29'11".Maintenant place à la récupération, car ce format de course est vraiment hors norme comme la beauté de cette île.


Pierre



18/12/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres